Archive | Avant bébé RSS feed for this section

Seriez-vous prête à accoucher en direct ?

3 Oct

Vous avez peut-être vu passer la nouvelle sur la mère blogue. Une Ontarienne s’apprête à accoucher « Live » sur  le Web. Pour assister à l’événement tant attendu, l’internaute n’a qu’à s’enregistrer sur son site Web.  Convaincue que l’accouchement à domicile devrait être démystifié, Nancy Salgueiro, a déjà plus de 1000 abonnés prêt à visionner en temps réel la naissance de son enfant.  Elle espère ainsi que son accouchement naturel inspirera les femmes à se faire davantage confiance…

J’avoue que l’idée est quand même noble mais je ne peux m’empêcher de me demander si son « accouchement réalité »  atteindra sa cible et évitera les pervers  voyeurs?

Les grossesses après 35 ans, quels sont les risques?

24 Sep

De nos jours nous sommes plusieurs à avoir eu notre premier enfant dans la trentaine. Dans mon entourage, c’est presque la norme. Nous avons passé notre vingtaine sur les bancs des universités à ouvrir nos horizons, dans les cafés à refaire le monde et  dans les bars à s’éclater.  La bohème, quoi!  Notre vingtaine était consacré à notre épanouissement personnel au grand dam de nos grands-mères qui ne cessaient de nous répéter « attendez pas trop pour commencer votre famille ; les enfants, mieux vaut les avoir jeune ».  Pour mes copines et moi avoir des enfants impliquaient d’avoir d’abord fini nos études,  d’avoir voyagé un peu, d’avoir débuté notre carrière et surtout d’avoir  rencontré l’homme qui en vaudrait la peine. Entre vous et moi, quand je constate à quel point je me donne à mon enfant aujourd’hui, je ne regrette pas d’avoir eu cette période de liberté égocentrique à refaire le monde un million de fois.

Ceci dit, nos grands-mères n’avaient pas tort, il y a des risques à avoir son premier enfant vers la fin de la trentaine et dans la quarantaine. Une étude exhaustive menée par l’institut canadien de l’information a démontré de façon probante à quel point les risques sont plus élevés lors d’une grossesse passé 35 ans. Parmi ceux-ci on mentionne :

  • Un accouchement prématuré
  • Le diabète gestationnel
  • L’hypertension et la prééclampsie
  • Un placenta praevia
  • Un accouchement par césarienne

Évidemment, l’idée ce n’est pas de décourager les femmes à enfanter après 35 ans. Il faut juste se rappeler que ces risques sont bien réels et faire suivre sa grossesse adéquatement par les professionnels en obstétrique afin de les minimiser.

Pour plus d’infos sur cette étude vous pouvez consulter cet article du Devoir ICI.

Grossesse : quel est l’impact des pesticides sur les foetus?

26 Avr

 

Vous l’avez peut-être vu passer dans l’actualité la semaine dernière : les chercheurs ont établi un lien entre les pesticides et une diminution du quotient intellectuel chez les enfants. Selon les résultats d’une recherche menée en Californie depuis 1999, les enfants des femmes qui avaient un taux élevé de pesticides ( lors de la grossesse ) ont un QI moins élevé. En fait, l’écart est de  7 points entre eux et le groupe d’enfants dont les mères avaient moins de résidus.

Depuis plusieurs années des chercheurs sonnent la cloche d’alarme aux sujets des produits chimiques présents sur les fruits et légumes.  On  les accuse notamment d’avoir une incidence sur l’hyperactivité de certains bambins. Alors qu’aujourd’hui, il est maintenant prouvé que les pesticides affectent aussi les foetus, peut-être devrons-nous collectivement considérés ces questions avec plus de sérieux.

Pour lire l’article de La Presse sur le sujet, c’est par ICI

Si vous lisez l’anglais, le Los Angeles Times fournie plus d’infos concernant d’autres études menées sur l’impact des pesticides sur les foetus, par ICI

Actualité : Femmes enceinte au régime = risque d’obésité chez le bébé.

19 Avr

Ça y est, il est maintenant scientifiquement démontré qu’il existe une corrélation entre les carences caloriques pendant la grossesse et l’obésité chez l’enfant. Des chercheurs ont découvert comment le régime minceur de la future maman affectait directement l’ADN de l’embryon. Le système du bébé,  pensant devoir naître dans un environnement où la nourriture se fait rare, apprend à stocker les calories. Cet enfant développera donc un métabolisme qui aura davantage tendance à accumuler les calories…

Pour en savoir plus, c’est par ICI.

Maisons de naissance : Avez-vous signé la pétition pour avoir le droit de choisir ?

13 Avr

Une césarienne programmée, comment s’y préparer ?

15 Fév

Je vais vous faire une confidence d’emblée : Je n’aime pas parler de césarienne. J’en jase même pas avec mes amies ou ma famille. Je n’aime pas traiter de ce sujet parce que ça me ramène immanquablement à penser à la mienne. Une césarienne d’urgence vécue après 20 heures de travail boustée à l’ocytocine. Une césarienne pas du tout prévue à 10 mille lieux de ce que j’avais imaginé comme naissance pour mon fils…

Cependant, j’ai constaté que plusieurs visiteurs arrivent sur ce blogue en recherchant des informations sur ce sujet. Le billet où j’expliquais brièvement comment se remettre sur pied après une telle intervention  est l’un des plus lus. Il m’est désormais difficile de nier le besoin d’infos sur la césarienne. Alors, dans les prochaines semaines je vous proposerais quelques billets qui pourront peut-être vous être utiles.

Allons-y avec le propos d’aujourd’hui, comment se préparer à une césarienne programmée ?

Si vous devez passer par-là pour une raison ou une autre, il est primordial de faire un plan de naissance. On pourrait avoir tendance à penser que ce n’est pas nécessaire puisque l’accouchement est chirurgical. Mais au contraire, il devient essentiel pour le bébé et la mère justement à cause de ce contexte hyper-interventionniste et médicalisé. Votre plan de naissance permettra d’humaniser votre accouchement et croyez-moi ça vous fera le plus grand bien après coup.

Voici quelques suggestions de ce que vous pouvez inclure dans votre plan: Lire la suite

Pourquoi y a t-il une pénurie de Maisons de naissance au Québec ?

27 Jan

On apprenait dernièrement qu’on manque d’obstétriciens au Québec ce qui tombe un peu mal compte tenu du mini-baby-boom auquel nous assistons présentement. Pendant ce temps, de nombreuses sage-femmes sont au chômage faute d’endroits où travailler. Et pourtant, la demande pour ce service augmente chaque année. Plusieurs couples se voient refuser la possibilité d’accoucher en maison de naissance par-ce qu’il n’y a pas de place pour eux. Force est de constater, qu’il y a pénurie de maison de naissance et malgré le cri d’alarme des populations, les dirigeants politiques font les sourds. Et on se demande vraiment pourquoi. Est-ce une question de sécurité ? Non impossible, puisqu’il a été démontré que pour des grossesses sans complications, les accouchements en maison de naissance se déroulaient mieux qu’en milieux hospitaliers.  Est-ce alors une question de coût de financement ? Des sous, on en trouve lorsqu’il faut financer des services ultra-spécialisés de procréation assistée, alors il me semble qu’il faudrait en trouver pour financer les endroits où les femmes accouchent et y font leur suivi de grossesse. 

Plusieurs soupçonnent le gouvernement de cultiver une volonté inavouée d’intégrer les sages-femmes au corps hospitalier comme c’est déjà le cas dans nombre de pays occidentaux. Ce qui serait malheureux puisque ces maisons de naissance font l’envie de plusieurs. 

Je vous présente une vidéo qui commence à circuler sur le Web sur ce problème dont on a pas fini d’entendre parler.

Actualité : Le régime alimentaire durant la grossesse déterminera celui du bébé !

10 Déc

Des chercheurs viennent de conclure que les habitudes alimentaires d’une femme enceinte non seulement contribuent à développer les goûts des bébés à naître, mais marquent physiquement le cerveau et auront ainsi un impact direct sur ce que l’enfant mangera et boira à l’avenir. Pour plus de détails visitez le site de Radio-Canada ICI

Jour J + 7 : comment essayer d’éviter l’induction ?

3 Déc

Vous êtes plus que prête : la valise de maternité est près de la porte d’entrée. À chaque petit malaise, vous espérez que se soit une contraction. Sans parler du toubib qui commence à s’impatienter…c’est que vous avez dépassé votre date de quelques jours et si bébé  ne se pointe pas de lui même, c’est la médecine qui l’y aidera.  Le déclenchement artificiel des contractions ( communément appelée une induction ) n’est pas une mince affaire.  Il est cependant nécessaire lorsque la grossesse dépasse 42 semaines, qu’il y a rupture des membranes sans contractions au bout de 24h, dans les cas de détresse foetale, de toxémie et de retard de croissance. L’accouchement est alors provoqué à l’aide d’une hormone synthétique  appelée ocytocine ou opitocin en anglais. Dès lors, les contractions sont beaucoup plus intenses que lors d’un déclenchement naturel. 

Ceci dit, si vous commencez votre 41 semaine et que votre grossesse se déroule normalement voici quelques petits trucs pour aider le déclenchement tout naturellement.

1. Les relations sexuelles

Le sperme contient une substance qui a pour effet d’assouplir le col lorsqu’il est mûr. ( P.S. allez-y a fond, la stimulation des mamelons et l’orgasme provoquent de légères contractions utérines).

Lire la suite

Il ne reste que quelques semaines avant l’accouchement…Quelles sont les priorités ?

1 Déc

Ah, la première grossesse quelle période unique. On s’étonne de voir notre bedaine strécher à ce point. On s’émeut de la réaction de notre entourage ou des sourires convenus de purs étrangers sur la rue. On prépare son nid avec beaucoup d’amour et un peu d’anticipation. Et surtout on fait des LISTES. 

  • La liste des choses à acheter
  • La liste des trucs à emprunter
  • La liste des items à mettre dans sa valise…

Je suis certaine que les vôtres sont déjà faite alors ce n’est pas de celles-là dont je veux traiter aujourd’hui.  Celle qui m’intéresse c’est la liste des plaisirs dont faut profiter avant que 1er bébé arrive.

Parce qu’un bébé ça change pas le monde…sauf que ! Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :