Tag Archives: Dépression post-portum

Pourquoi il y a t-il autant de tabous reliés à la maternité ?

2 Mar

J’écris moins souvent ces temps-ci. En fait, j’écris aussi souvent mais je ne termine pas autant de billets. J’ai au moins 10 brouillons qui attendent patiemment. Généralement, je débute ma journée avec des idées pleines la tête…ça me vient d’une page d’un quotidien, d’une conversation avec une amie ou d’un moment vécu avec mon garçon.  Puis, la journée se déroule à la vitesse V et quand je me pose enfin devant mon écran il est 22h. Les idées à cette heure-là sont beaucoup moins claires et les billets moins justes, c’est évident. Alors je les stocke en espérant avoir un jour un peu plus de temps.

Ceci dit, ce soir c’est le texte de la Marâtre Joyeuse qui m’amène devant cette page blanche. Elle y dévoile sa dépression post-partum avec une simplicité désarmante.  Son propos m’a rappelé combien nombreux sont les sujets tabous en ce qui concerne la maternité. Il y a tellement de sujets dont on évite de parler entre-nous. Au lieu de cela, on préfère faire l’étalage des derniers développements moteurs  et cognitifs de notre progéniture, on parle de nos plans de rénovations ou de voyages. On arbore notre plus beau sourire lors des rencontres entre amis et espérons faire la démonstration de notre parfait contrôle des événements. Après tout, être maman c’est tellement naturel… surtout lorsqu’on souhaitait le devenir depuis si  longtemps.

Sans blague, la maternité c’est l’aventure la plus magnifique et aussi la plus difficile qu’il m’ait été donné de vivre. C’est ça la réalité.

C’est navrant qu’aujourd’hui, en 2011, qu’ il y ait autant de tabous sur la dépression post-partum, l’allaitement ou plutôt le non-allaitement, le co-dodo, le burn out, les difficultés à concilier le travail et la famille, les problèmes de santé, Les problèmes de couple à l’arrivée de poupon…

Bien-sûr on ne partage  pas toutes les mêmes défis et on peut ne pas se reconnaître dans ce que vivent les autres. Mais, il me semble que ça serait plus simple si, de temps en temps, on pouvait faire tomber les tabous pour obtenir l’aide dont on a besoin. 

C’est peut-être la peur du jugement d’autrui qui amène à se taire et faire semblant. J’en sais rien. Mais je suis persuadée que des billets comme celui de la Marâtre sont vraiment utiles et font un bien fou à celles qui vivent les mêmes expériences.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :